Saisines du CSA

19 août 2012   //

 

 

 

 

 

Créé par la loi du 17 janvier 1989, le Conseil supérieur de l’audiovisuel compte (CSA), compte, parmi ses missions, « le respect de l’opinion pluraliste des courants d’opinion« , « la rigueur dans le traitement de l’information » et « le respect de la dignité de la personne humaine » : http://csa.fr/

Voici comment est définie plus précisément la deuxième mission : http://csa.fr/Television/Le-suivi-des-programmes/La-deontologie-de-l-information-et-des-programmes/Les-domaines-couverts-par-la-deontologie-et-les-missions-du-Conseil

L’honnêteté et l’indépendance de l’information

Les éditeurs sont en particulier tenus de vérifier et de donner la source de leurs informations, de faire preuve d’honnêteté et de rigueur dans leur présentation et leur traitement et d’éviter d’induire le téléspectateur en erreur. Ils doivent veiller à ce que les émissions d’information qu’ils diffusent soient réalisées dans des conditions qui garantissent l’indépendance de l’information, notamment à l’égard des intérêts économiques de leurs actionnaires.

Il peut intervenir auprès des médias audiovisuels si ces conditions ne sont pas respectées.

Tout utilisateur de ces médias peut procéder à une saisine en ligne : http://csa.fr/Services-en-ligne/Formulaire-pour-signaler-un-programme

Quand on sait combien les médias ignorent les violences et les discriminations contre les hommes, il y a du pain sur la planche. Malheureusement, jusqu’ici, les quelques tentatives du GES de se faire entendre n’ont guère été concluantes.

Symptomatique : le 14 mars 2013, le CSA a créé en son sein un groupe de travail Droit des femmes, ce qui n’est pas particulièrement en accord avec sa mission.