Courrier à l’ONDRP : questions sur le Rapport 2010 – 10 novembre 2011

28 juin 2012   //

.

Notre courrier

Le 10 novembre 2011

.

Observatoire national de la délinquance

INHESJ Ecole militaire de Paris

1 place Joffre 75007 Paris

 

Objet : questions sur le Rapport 2010

 

Monsieur le directeur de l’ONDRP,

Notre association suit avec intérêt l’ensemble de vos publications, et a pris connaissance de votre dernier rapport 2010 sur « La criminalité en France ». Ce qui nous amène à vous demander quelques informations complémentaires :

1) nous constatons dans votre liste d’indicateurs que l’index 25 correspond à « vols violents sans arme contre des femmes sur voie publique ou autre lieu public ». Nous ne comprenons pas la sexuation de cet index. Des hommes ne sont-ils pas eux aussi victimes de ce genre de délit ?

2) nous nous intéressons entre autre autres à un délit que nous intitulerons par commodité « fausses accusations d’abus sexuel ». Or notre recherche ne nous a pas permis de trouver des données le concernant. Nous avons bien noté qu’il existe un index 13, correspondant aux « atteintes à la dignité et à la personnalité », et englobant divers délits dont celui de « dénonciation calomnieuse », mais ce dernier est encore trop large par rapport à notre recherche.

- existe-t-il dans vos données un décompte de ce que nous appelons les fausses accusations d’abus sexuel ? Si c’est le cas, comment y accéder ?

- si ce n’est pas le cas, n’y a-t-il pas une réflexion à mener sur la possibilité de modifier cet état de choses ? Il nous semble, en effet, que ce délit bien particulier a pris ces vingt dernières années une importance considérable dans des secteurs aussi variés que l’Education nationale, la vie des entreprises, la vie politique, etc., ce qui justifierait une prise en compte spécifique.

Vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez à notre questionnement, nous vous prions d’agréer, monsieur, nos meilleurs sentiments.

 

En l’absence de réponse, nous avons relancé l’ONDRP le 17 mars 2013.

Nous n’avons reçu aucune réponse à ces courriers.