Famille et non-droit du parent de sexe masculin : le gouvernement est-il dans l’inconséquence, la duplicité, ou dans un salutaire retour aux vraies priorités ? – 4 février 2014

17 février 2016   //

 

Le 4 février 2014

Famille et non-droit du parent de sexe masculin : le gouvernement est-il dans l’inconséquence, la duplicité, ou dans un salutaire retour aux vraies priorités ?

.

- Le Premier Ministre vient d’annoncer hier que la loi sur la famille était à nouveau repoussée, cette fois 2015 !

- Il y a presque un an éclatait au grand jour, par l’action dite des grues de Nantes, le scandale de la discrimination subie par les pères dans les juridictions familiales (confirmée dans les sondages par 85% des Français)

- Le gouvernement promettait alors à nos associations d’examiner la question « au plus vite dans un groupe de travail » (GT)

- Ce GT dit coparentalité ne s’est mis en place qu’en juillet, après une série d’autres actions spectaculaires. La ministre de la famille, Mme D. Bertinotti s’est rapidement employée à dire par voie de presse que, quels que soient les travaux de ce GT, « l’ hébergement égalitaire (RA) est une fausse-bonne idée ». La présence dans ce GT de 3 de nos associations ayant contrarié cette idée préétablie de la ministre, celle-ci a lancé en octobre d’autres groupes de réflexion, sur mesure, sans les associations, uniquement avec des personnalités choisies par elle. Ces personnalités s’y sont vu confier des missions visant à traiter de questions subalternes au regard de la discrimination systématique des pères, comme un soi-disant statut des beaux-parents !

- Entre temps, les sénateurs introduisirent en septembre dans la loi dite « égalité hommes-femmes », un amendement en faveur de cette égalité d’hébergement. Sous le prétexte fallacieux d’incohérence thématique, la ministre N. Vallaud-Belkacem a fait retirer cet amendement. Ce mauvais coup a été conclu très récemment, le 24 janvier, assorti du commentaire que cette question aurait mieux sa place dans l’imminente loi sur la famille !

- C’EST POURQUOI NOS ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE L’EGALITE PARENTALE DEMANDENT SOLENNELLEMENT QUE L’INDISPENSABLE REFORME DU CODE CIVIL QUANT A UN HEBERGEMENT EGALITAIRE DE DROIT SOIT MISE EN PLACE SANS DELAI, INDEPENDAMMENT DE L’ARLESIENNE DE LA LOI FAMILLE.

 

Sos Papa. Osons les pères. DESPA. Collectif de la Grue jaune. Jamais sans papa. Copco. Allo papa Allo maman.Violette Justice. Groupe d’études sur les sexismes. SVP Papa. FNDDPF. Un parent de trop. Nos enfants ont deux parents. Les racines de l’enfant. Père enfant mère