PETITION : Président Macron, rendez hommage AUSSI aux hommes victimes de meurtre conjugal !

14 mars 2018   //

 

Les événements du 25 novembre 2017

A l’occasion de la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes, le président de la République Emmanuel Macron, lors de son discours, observe une minute de silence en hommage aux 123 femmes tuées par leur conjoint, et à elles seules. Voir Le Monde du même jour : http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/11/25/l-egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes-proclamee-grande-cause-du-quinquennat_5220375_823448.htmlen 2017.

Considérant qu’il s’agit d’un acte discriminatoire et sexiste, le GES met en place plusieurs actions pour protester,  et demander au président d’élargir son hommage aux hommes victimes (communiqué, courrier, pétition). Les contenus en sont reproduits ci-après, avec des commentaires si nécessaire.

 

Communiqué, le 27 novembre 2017

.

Non au positionnement sexiste d’Emmanuel Macron sur les victimes de meurtre conjugal !

Le 25 novembre, lors de son discours, Emmanuel Macron a observé une minute de silence en hommage aux femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016, et à elles seules. De ce fait, il a exclu de cet hommage les hommes tués la même année par leur conjointe ou ex-conjointe.

Ce positionnement discriminant et sexiste est indigne d’un président de la République. Le président est celui de tous les Français, sans distinction de sexe. La République accorde sa protection à tous les citoyens, et se doit d’honorer la mémoire de tous ceux qui sont victimes de violences, sans distinction de sexe.

Pour ces mêmes raisons, ce choix ne peut être justifié par le fait que les victimes masculines soient moins nombreuses : le respect dû aux victimes est indépendant de toute considération sociologique ou statistique.

Le Groupe d’études sur les sexismes (GES) proteste contre ce qui constitue un alignement du président sur les positions du lobby misandre. Et l’appelle à se ressaisir, par exemple en élargissant aux hommes victimes les mesures de protection contre les violences conjugales dont il a annoncé la mise en place, et qui, comme sous les gouvernements précédents, ne prennent en compte que les femmes victimes.

 

Courrier à Emmanuel Macron, Président de la République, le 8 décembre 2017

 

Monsieur le Président,

Le 25 novembre dernier, lors de votre discours, vous avez observé une minute de silence en hommage aux femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016, et à elles seules. De ce fait, vous n’avez pas inclus dans cet hommage les hommes tués la même année par leur conjointe ou ex-conjointe.

Les membres de notre association sont étonnés et blessés par ce procédé. Vous êtes le président de tous les Français, sans distinction de sexe. Et la République accorde sa protection à tous les citoyens : elle se doit donc d’honorer la mémoire de tous ceux qui sont victimes de violences, sans distinction de sexe.

Pour ces mêmes raisons, ce procédé ne peut être justifié par le fait que les victimes masculines sont moins nombreuses que les victimes féminines : le respect dû aux victimes est indépendant de toute considération sociologique ou statistique.

Nous avons du mal à croire que vous vous soyez positionné délibérément de manière discriminante et sexiste.

C’est pourquoi nous nous permettons de vous demander de procéder au plus tôt à une déclaration dans laquelle vous associerez sans ambiguïté les hommes victimes à votre hommage.

Vous en remerciant par avance, nous vous prions d’agréer, Monsieur le président, nos respectueuses salutations.

 

Réponse du secrétariat du Président, le 11 janvier 2018

 

.

Commentaire

Que le cadre du discours ait été la Journée internationale du 25 novembre ne change rien au problème. D’abord parce que cette Journée est en elle-même discriminatoire, excluant  de son objet la violence à l’égard des hommes. Ensuite parce que le président, de par sa fonction, doit un traitement égal à toutes les victimes, indépendamment de leur sexe, et indépendamment de l’occasion ou du cadre qui est celui de son hommage.

 

Pétition sur Change.org, ouverte le 29 novembre 2017, envoyée au président le 8 mars 2018

 

 

La liste des signataires : Petition Macron Signatures

Commentaire

La date symbolique du 8 mars a été choisie pour l’envoi de la pétition au président. Pour le GES, en effet, parmi les « droits des femmes » célébrés lors de cette journée (qui sont en fait les droits de tout citoyen), peut figurer celui d’être informé correctement, et entre autres de la réalité du meurtre conjugal, ce qui n’a pas été le cas lors du discours présidentiel.

Nous publierons la réaction des services de la présidence dès qu’elle nous arrivera.