L’ENSEIGNANT DE GENLIS A DROIT A LA PRESOMPTION D’INNOCENCE

Publié par Ges   // 27 juin 2017   //

 

COMMUNIQUE

.

le 27 juin 2017

 

Sans se prononcer sur les faits incriminés, le Groupe d’études sur les sexismes (GES) s’interroge sur le déroulement de la procédure appliquée par le Parquet de Dijon à un enseignant d’une école de Genlis (Côte d’Or), accusé en novembre dernier de viol sur une élève de 4 ans. En effet, alors qu’il affirme son innocence et n’a pas d’antécédents judiciaires, alors qu’il n’y a ni témoin ni preuve, celui-ci a été aussitôt mis en examen, et détenu pendant une durée de 4 mois. Il n’a été remis en liberté qu’après la publication d’une expertise biologique tendant à incriminer un membre de la famille de l’enfant, sans pour cela obtenir le statut de témoin assisté qu’il réclame. (voir http://soutien-instit-genlis.blogspot.fr/)

 

Le GES dénonce depuis longtemps, en matière de violences sexuelles, le fait que la présomption d’innocence n’est pas appliquée aux personnes de sexe masculin, et est même remplacée par une présomption de culpabilité. Cet état d’esprit sexiste a encouragé depuis vingt ans la multiplication de fausses accusations, qui, même lorsqu’elles sont reconnues comme telles, ruinent des milliers d’existence, dans l’Education nationale et dans d’autres secteurs.

 

Une fois de plus, le GES appelle les pouvoirs publics à prendre conscience du caractère dramatique du problème, et à tenir compte des propositions de réformes qu’il fait dans sa Plate-forme de revendications (http://www.g-e-s.fr/base-de-documentation/plate-forme-de-propositions-maj-2016/), par exemple l’extension de l’expertise psychiatrique à la personne accusatrice, et à sa famille s’il s’agit d’un(e) mineur(e).