Saisine du JDP concernant adopteunmec, 8 janvier 17 + réponse, 13 janvier 17

5 février 2017   //

 

Les pubs concernées

 

 

 

.

Historique

 

adopteunmec est un site de rencontres lancé fin 2007, gratuit pour les femmes, payant pour les hommes. Il se présente comme un « supermarché », où les hommes sont des « produits », les femmes des « clientes ».

https://www.adopteunmec.com/index2

L’entreprise rencontre un très grand succès, et ses pubs, en particulier son logo (le caddie), s’affichent peu à peu dans les transports en commun (abribus, métro). Plusieurs sympathisants du GES saisissent le JDP, qui leur répond négativement, puis rédige sa « décision » du 26 septembre 2012 (Adopteunmec.com – 214/2)

http://www.jdp-pub.org/avis/adopteunmec-com-affichage/

Comme on peut le lire ci-après, dans une réponse à un autre sympathisant, L.L., il continue de s’y référer cinq ans plus tard :

 

Le courrier de L.L. au JDP, le 8 janvier 2017

 

objet : Adopte un mec « Une infinité de possibilités »

Les hommes sont considérés comme des marchandises, des objets (dans le cas de cette affiche on réduit l’homme à un « jouet » dont on peut assembler les différents éléments qui le composent avec « Une infinité de possibilités »).
Le logo du site est aussi très explicite dans la marchandisation de l’homme : une femme met un homme dans un chariot de supermarché comme un vulgaire produit de consommation. (La symbolique de ce logo est très parlante et c’est le but recherché).
Les affiches publicitaires et le concept marketing d’« Adopte un mec »véhiculent un message véritablement blessant et dégradant pour la dignité des hommes.
Une personne ce n’est pas une marchandise.

Merci de prendre en considération ma demande, il serait vraiment souhaitable d’empêcher l’annonceur d’ « Adopte un mec » d’afficher toute symbolique (Logo) ou (affiches) laissant sous-entendre que les hommes sont des objets ou des marchandises.

 

La réponse du JDP, le 13 janvier 2017

 

réf : AP/9973/JDP n° 10001

affaire : ADOPEUNMEC.COM – Affichage

Monsieur,

Nous avons bien reçu votre plainte du 8 janvier 2017, laquelle a reçu toute notre attention.

Nous vous informons que le Jury de déontologie publicitaire considère que l’appréciation d’un logo relève de la réglementation applicable au dépôt et à la protection juridique des marques ou des dessins et modèles. Il a toutefois eu l’occasion de se prononcer dans l’avis ADOPTEUNMEC.COM – 214/12 sur la conformité du logo de cet annonceur aux règles déontologiques en vigueur.

Le Jury a alors estimé que « Cette représentation qui traduit l’objectif poursuivi par le site de permettre aux femmes de choisir qui elles souhaitent rencontrer, inverse les codes de notre société où les femmes sont encore, trop souvent, représentées comme des objets, notamment en publicité. Ce caractère déshumanisé et humoristique lié à la présentation très stylisée du concept conduit à considérer que le logo de la société est admissible au regard des dispositions de la Recommandation sur l’image de la personne humaine et notamment son article 2-1. »

La reprise du logo en grand format n’est pas de nature à modifier l’analyse du Jury.

S’agissant des autres visuels que vous visez, ceux-ci s’inscrivent dans la ligne créative de la marque. Ces publicités, au caractère explicitement humoristique, et surexploitant le concept même du service, sont dès lors acceptables au regard des dispositions susvisées.

En conséquence et en l’application de l’article 12 du Règlement intérieur du Jury de Déontologie Publicitaire, votre plainte ne sera pas soumise, pour délibération en séance, aux memebres du Jury.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de notre considération distinguée.

Valérie Michel-Amsellem, présidente du JDP